Association Kan Jizai

"Etudier la Voie, c'est s'étudier soi-même
S'étudier soi-même, c'est s'oublier soi-même
S'oublier soi-même, c'est être en unité avec toutes les existences"
Maître Dôgen
   Sendan Zenji


Samu
Le terme « samu », d'origine japonaise, définit l'ensemble des activités de nature à couvrir les besoins matériels d'une communauté adonnée à la pratique de la Voie : cuisine, service des repas, nettoyage, administration, etc.

Bien que, dans ses résultats objectifs, le samu s'apparente à ce qu'on appelle communément le travail, le réduire à cette seule dimension serait oublier l'attitude intérieure qu'il implique.

Celle-ci comporte trois aspects :

  • La concentration. On ne pratique pas samu si, pendant qu'on s'adonne à l'activité, l'esprit n'est pas présent à celle-ci. Samu suppose l'unité du corps et de l'esprit dans l'activité entreprise.

  • Mushotoku. On pourrait traduire ce terme japonais par non-profit personnel. Au contraire de l'activité professionnelle qui vise le plus souvent à l'obtention d'un salaire ou de tel ou tel avantage personnel, pratiquer véritablement samu suppose être détaché de la recherche d'un quelconque profit personnel. C'est un service désintéressé à la communauté.

  • Dans le samu en tant que service désintéressé, l'esprit du moi s'efface et les frontières artificielles entre soi et l'autre s'estompent. A ce titre, le samu est la non-dualité en acte.


Ces caractéristiques confèrent au samu une grande valeur spirituelle : il est lui-même pratique de la Voie